jeudi 18 juillet 2019

Médaillons de porc grillés, façon paresseuse +



Est-ce pour me sentir moins coupable de déroger à notre règle du sans-viande-rouge que j’ai choisi la méthode la plus simple pour cuire le filet de porc ? Non, c’est parce que c’est l’été et que, de toute façon, la manière paresseuse, une simple marinade sèche, est encore la plus délectable. D’ailleurs, c’était hier notre jour de triche: à midi, dans notre sandwich au poulet, nous avions du prosciutto grillé au micro-ondes, ce savoureux substitut au bacon. Tant qu’à céder à la tentation, autant que ce soit hyper délicieux ! 

Appréciation *** 1/4 
Ingrédients pour deux 
1 filet de porc élevé sans antibiotique* de 360 g, tranché en six médaillons 

Marinade sèche 
Sel, poivre et paprika 
1/2 c. à thé de ras-el-hanout 
1 c. à soupe d’huile d’olive à appliquer au pinceau, après les assaisonnements 

Accompagnements suggérés 
Riz basmati cuit dans un bouillon assaisonné de coriandre moulue 
Haricots verts cuits dans très peu d’eau 
Champignons café cuits dans un reste de beurre aux herbes 
2 lichettes de pâte umami

*Retire seulement 20 % de culpabilité. 

 Je vous passe les détails évidents de la préparation. Pour obtenir une chair rosée, sur la grille bien chaude et bien huilée de notre petit barbecue électrique, j’ai laissé 2 1/2 minutes sur une face et 2 minutes sur l’autre, les médaillons étant légèrement moins épais qu’ils le sont ordinairement.



mercredi 17 juillet 2019

Gratin du pêcheur aux herbes fraîches +



Quand j’ai demandé hier à mon goûteur comment il aimerait déguster les filets de sole prévus pour le repas du soir, la réponse a fusé comme une évidence, en gratin dauphinois a-t-il affirmé sans l’ombre d’un doute. Ce fut une idée formidable, j’ai tout de suite pensé à faire une sauce aux herbes fraîches pour mettre un peu de vert dans toute cette blancheur et introduire le fromage espagnol que nous venions de nous procurer. Du velours pour le palais, du bonheur pour les papilles ! 

Appréciation *** 1/4 
Ingrédients pour deux 
8 petites pommes de terre, pelées et coupées en tranches de 1/2 cm 
2 c. à soupe de vinaigre de cidre 
250 g de filets de sole (plie) ou autre poisson blanc 
100 g de fromage râpé, ici un fromage espagnol vieilli 
2 c. à soupe de beurre d’herbes (ci-dessous) 
2 c. à soupe rases de farine 
2/3 tasse de crème légère 
Sel et poivre au goût 

Beurre aux herbes fraîches
1/3 tasse d’une bonne margarine ou de beurre 
1 poignée d’herbes fraîches émincées, ici basilic thaï, verveine citron, menthe 
Le zeste de 1/2 citron 
1 fleur d’ail, émincée finement 
Poivre au goût 

La cuisson se termine dans un four à 375 °F ( 190 °C). 

1. Dans une petite casserole d’eau salée et légèrement vinaigrée, faire mijoter les tranches de pommes de terre en comptant entre 8 et 10 minutes à partir de la première ébullition ou jusqu’à ce qu’elles soient tendres mais encore fermes. Égoutter et réserver. 

2. Dans un bol, réunir la matière grasse, les herbes, le zeste de citron et l’ail émincé. Bien mélanger. 

3. Dans la même casserole qui a cuit les pommes de terre, faire une béchamel en se servant de 2 c. à soupe de beurre aux herbes, de 2 c. à soupe rases de farine et de crème légère. Bien mélanger, laisser épaissir, goûter, rectifier l’assaisonnement, et conserver en attente. 

4. Dans un plat allant au four beurré, répartir la moitié des tranches de pommes de terre égouttées, ajouter les filets de sole, saler et poivrer, ajouter la moitié du fromage râpé, un autre rang de pommes de terre, recouvrir avec la sauce aux herbes, puis avec le reste du fromage. Pour compléter le gratin, j’ai dispersé des noix de beurre aux herbes un peu partout à la surface du plat. 

5. Enfourner et cuire une dizaine de minutes, allumer le gril et laisser gratiner 3 minutes en surveillant.



mardi 16 juillet 2019

Omelette à la grecque, version craquante +



Une omelette est vite prête, c’est bien souvent pour cette raison qu’on la choisit. Mais celle-ci possède un autre avantage, elle se compose d’ingrédients qu’on a presque toujours au frigo ou au garde-manger et qu’on pense rarement à réunir avec des oeufs: oignon, poivron, tomates séchées, olives, tomates cerises ou raisins, fromage feta et basilic frais. Un assemblage parfaitement réussi pour un repas du midi: un frais délice ! 

Appréciation *** 1/4 
Ingrédients pour deux 
1 1/2 c. à soupe d’huile d’olive 
2 tranches d’oignon rouge, hachées finement 
1/2 poivron orange, en dés 
1 c. à soupe d’huile d’olive 
3 oeufs, battus 
3 tomates séchées dans l’huile, hachées finement 
7 olives de Kalamata, dénoyautées et hachées 
7 tomates cerises jaunes, en moitiés ou en tranches 
1/3 tasse de feta, émiettée 
Feuilles de basilic au goût 
Pas de sel, les tomates séchées, les olives et la feta en contiennent une bonne dose 
Poivre au goût 

1. Dans un poêlon anti-adhésif allant au four, attendrir l’oignon et le poivron dans l’huile d’olive. À l’aide d’un pinceau, étendre la matière grasse sur le pourtour du poêlon. 

2. Allumer le gril. Battre les œufs avec les tomates séchées et les olives, verser dans le poêlon et laisser cuire 2 minutes jusqu’à ce que les bords commencent à figer. 

3. Répartir les tomates cerises sur l’omelette, puis parsemer de fromage émietté, réduire le feu au besoin et cuire encore 3 minutes. 

4. Enfourner le poêlon sur la grille du centre, le gril allumé, durant 3 ou 4 minutes ou jusqu’à ce que le fromage commence à gratiner. 

5. Après ce passage au four, pour servir, faire glisser une spatule autour de l'omelette pour en détacher les bords, soulever l’omelette et la faire glisser sur une assiette. Garnir de feuilles de basilic, couper en pointes et servir.



lundi 15 juillet 2019

Menu fraîcheur avec pétoncles et bol de quinoa +


Notre assiette gourmande dégustée hier se composait de pétoncles dorés garnis de crème à l’orange, d’un bol de quinoa à la pomme et au saumon fumé, d’une salade de roquette aux fraises, de tranches de melon et de tomates au basilic. 

Appréciation *** 1/4 
Ingrédients pour deux 
Pétoncles à la crème d'orange
6 pétoncles moyens, bien asséchés 
1 c. à thé de beurre de cacao 
1/2 c. à thé de marmelade d’orange 
4 c. à soupe de crème légère 

Quinoa de juillet 
1/2 tasse de quinoa rouge, soigneusement rincé 
1 pomme Cortland, pelée, en dés 
1 sachet de saumon fumé de 50 g, taillé en dés 
1 c. à thé comble de miso 

Salade de roquette aux fraises 
3 c. à soupe d’huile d’olive 
1 c. à soupe de jus de citron 
1 c. à thé de moutarde assaisonnée au basilic 
2 ou 3 tasses de feuilles de roquette 
1 tasse de légumes crus variés, chou-fleur, concombre, radis 
15 fraises fraîches en moitiés 
Sel et poivre au goût 

1. Pour la cuisson des pétoncles, les saupoudrer de beurre de cacao avant de les saisir dans un poêlon chaud 1 ou 2 minutes sur chaque face, jusqu’à ce qu’ils soient légèrement dorés. (À défaut de ce beurre, utiliser votre matière grasse préférée.) Retirer du feu et disposer dans une assiette. Verser le mélange de crème et de marmelade dans le poêlon encore chaud, bien mélanger et retirer immédiatement du feu. Une fois la sauce tiédie, en prélever une lichette pour en garnir les pétoncles. 

 2. Pour le quinoa, le cuire 15 minutes dans 1 tasse d’eau bouillante, le couvercle entrouvert. Au besoin égoutter. Laisser refroidir avant d’ajouter les autres ingrédients et de bien mélanger. Ajouter une herbe fraîche, je n’ai pas encore trouvé laquelle s’harmoniserait le mieux avec l’ensemble de ce plat rustique mais très savoureux. 

3. Pour la salade de roquette, préparer la vinaigrette au fond d’un grand bol et y déposer les ingrédients au fur et à mesure, sauf les fraises qu’on ajoute après avoir bien touillé la salade juste avant le service.



dimanche 14 juillet 2019

Poulet laqué au cari +


Un poulet rôti au milieu de l’été ? Tout est possible quand on aime… et qu’on a l’air climatisé. La pâte de cari, le gingembre et la lime confèrent à ce poulet toutes leurs saveurs que vient enrichir l’onctuosité du lait de coco. La sauce est exquise, un des meilleurs poulets à l’indienne dégustés à ce jour. 

Appréciation *** 1/4 
Ingrédients pour deux *doubler les quantités si on est quatre 
1 poulet de 1, 3 kg 
1 lime en quartiers 
5 tranches fines de gingembre, hachées finement 
3 tranches épaisses d’oignon rouge 
*2 c. à soupe d’huile de pépins de raisin ou d’une autre huile neutre 
*2 c. à soupe de pâte de cari Madras 
*8 ou 10 petites pommes de terre 
*2 poignées de haricots verts 
*3/4 tasse de lait de coco léger 
Sel et poivre au goût 

La cuisson du poulet dure 1 h 30, elle se fait dans un four à 375 °F (190 °C), dont on réduira la température à 350 °F (180 °C) pendant la dernière demi-heure. 

1. Dans une lèchefrite, mettre les tranches d’oignon et déposer le poulet dessus. Placer la moitié de la lime et du gingembre dans le ventre du poulet, puis ficeler les cuisses. 

2. Dans un petit bol, réunir l’huile et la pâte de cari et bien mélanger. À l’aide d’un pinceau, badigeonner le poulet entièrement avec la moitié de la laque. Verser 1/2 tasse d’eau autour du poulet et enfourner. 

3. Cuire 30 minutes sur la grille du centre. 

4. Retirer le poulet du four, le badigeonner de jus de cuisson, verser un peu d’eau autour du poulet au besoin, ajouter les pommes de terre tout autour et recouvrir le poulet d’un carré de papier parchemin ou d’alu. Enfourner pour 30 autres minutes. 

5. Retirer le papier, badigeonner de nouveau avec le jus de cuisson, réduire la température du four à 350 °F (180 °C) et remettre au four pour encore 30 minutes. 

6. Pendant ce temps, préparer la sauce. Dans un poêlon, cuire les haricots dans l’eau bouillante une quinzaine de minutes ou jusqu’à ce qu’ils soient tendres. Égoutter et garder en attente dans une assiette. Dans le poêlon, réunir le reste de la laque avec le reste du gingembre, presser les quartiers de lime, verser le lait de coco, porter à ébullition et laisser mijoter doucement jusqu’à la fin de la cuisson du poulet. 

7. Une fois le poulet cuit, le faire reposer 10 minutes sous le carré de papier alu. Ajouter dans le poêlon le jus de cuisson du poulet, les petites pommes de terre et les haricots cuits et conserver au chaud. Goûter, rectifier l’assaisonnement. 

8. Les dix minutes de repos écoulées, découper le poulet, servir les légumes autour et napper de sauce.

Librement adaptée d’une recette du livre Plats complets et pas compliqués, Larousse, cuisine et compagnie, 2010.



samedi 13 juillet 2019

Darne de saumon bbq à la japonaise +


Les darnes de saumon étant toutes géantes dans le comptoir de poissons frais, j’en ai choisi une qui pourrait nous contenter tous les deux. Et parce qu’elle risquait de coller à la grille, j’ai utilisé une feuille à cuisson, prenant la précaution d’éponger le poisson avant de le cuire afin d’enlever le surplus de marinade. Très heureux du résultat, cuisson un peu plus longue, mais réussie comme nous l’aimons avec un centre mi-cuit fondant très savoureux. 

Appréciation *** 1/4 
Ingrédients pour deux 
1 darne de saumon de 305 g 

Marinade à la japonaise 
2 c. à soupe d’huile de pépins de raisin 
2 c. à soupe de jus de citron 
2 c. à soupe de sauce tamari 
1 c. à soupe de mirin 
1 c. à thé d’huile de sésame grillé 
Le jus de 1/2 orange 

1. Dans une assiette creuse, réunir les ingrédients de la marinade et bien mélanger. 

2. En imbiber la darne en la retournant plusieurs fois dans la marinade et recouvrir l’assiette d’une pellicule plastique. J’avais eu la bonne idée de la faire en fin de matinée, j’ai réfrigéré 6 heures en retournant la darne une fois ou deux. 

3. Pré-chauffer le barbecue comme il se doit, déposer la feuille de cuisson, puis le poisson bien épongé. Pour un poisson de ce poids, 3 minutes sur une face et environ 5 minutes de l’autre ont suffi. 

Servie ici avec un riz basmati au curcuma et aux herbes (estragon, thym citron et menthe) et j’ai fait dorer au beurre des tranches d’orange saupoudrées d’un peu de cannelle, deux accompagnements délicieux avec la salade de roquette du goûteur.


vendredi 12 juillet 2019

Poêlée de merguez à la bière, couscous aux pistaches +



Au sympathique marché de Mont-Saint-Hilaire, nous avons trouvé des petites saucisses merguez au canard. Peu grasses et bien épicées, comme la plupart des merguez, elles sont délicieuses cuites simplement dans une sauce aux légumes et à la bière. Un plat original, coloré et savoureux, qui se prépare en moins de trente minutes. 

Appréciation *** 1/4 
Ingrédients pour deux 
1 c. à soupe d’huile d’olive 
1 petit oignon rouge, haché finement 
4 jeunes feuilles de bette à carde*, tiges et feuilles séparées, émincées 
1/2 poivron jaune + 1/2 poivron orange, en dés 
6 petites saucisses merguez de canard, env. 265 g, en bouchées 
1 petite courgette jaune, en dés 
1 tasse de bière brune ou blonde, au goût 
1/2 tasse de bouillon de poulet réduit en sel 
2 c. à soupe de concentré de tomate 
1 c. à soupe de marmelade 
Sel et poivre au goût 

*On peut remplacer les bettes à carde par du chou frisé (kale) ou des épinards. 

1. Dans un poêlon profond ou un wok,attendrir dans l’huile l’oignon, les poivrons et les tiges de bette à carde (les feuilles seront ajoutées plus tard) 3 minutes. Ajouter les bouchées de saucisse, puis la courgette et cuire 3 autres minutes. 

2. Verser la bière, le bouillon, le concentré de tomate et la marmelade en remuant, porter à ébullition, réduire le feu et laisser mijoter 20 minutes à couvert. 

3. Goûter, rectifier l’assaisonnement, ajouter les feuilles de bette à carde et cuire 2 ou 3 minutes en évitant qu’elles flétrissent. 

Servie ici avec un couscous cuit dans le bouillon, garni de pistaches non salées et d’herbes fraîches (coriandre, ciboulette et menthe).